Etre maman une seconde fois

Coucou tout le monde! Je reviens un peu par ici pour vous raconter comment je suis devenue maman pour la deuxième fois. Comme un bon vieux refrain qu'on ne répète jamais assez, qu'est-ce que ma grossesse est passée vite, déjà un mois que ma puce est avec nous. Mon accouchement me paraît déjà loin alors que pourtant Maëlle est encore toute petite, mon petit puceron d'amour comme je l'appelle.



Une seconde grossesse plus fatiguante...


Mais d'abord je voulais vous raconter rapidement ma grossesse qui a été plus difficile que la première fois. Le premier trimestre a été, en plus de la fatigue, sujet à des maux de ventres et aigreurs assez importants. A tel point que je me disais que punaise quelle connerie, j'étais très souvent mal. Bref j'en avais ras le bol. Heureusement ça s'est calmé et le deuxième trimestre a été plus cool. Bien qu'être enceinte et avoir un enfant de 2 ans (en plein Terrible Two en plus...) ce n'est pas de tout repos. Tristan a été perturbé par cette grossesse notamment au niveau du sommeil. Pendant un bon gros mois, il s'est réveillé toutes les nuits (parfois plusieurs fois) pour me réclamer. Il me testait pas mal, pas l'idéal pour se reposer et être sereine.

Mon corps a plus morflé aussi, j'ai pris rapidement et beaucoup plus (je me tairais sur le nombre de kilos...) et ma peau a quelques vergetures au niveau des hanches et intérieur des cuisses. Ça ne me complexe pas plus que ça, je sais qu'elles s'atténueront avec le temps. Par contre, j'aimerai bien perdre mes derniers kilos rapidoch merciii! Le troisième trimestre est passé super vite même si le dernier mois, j'étais en mode "au taquet". En fait, je n'avais qu'une trouille: accoucher dans un lieu public. Entre mon event avec Leclerc (que je ne vous ai pas raconté d'ailleurs, shame on me) début mai et les 30 ans de ma meilleure amie 1 semaine avant mon terme, j'avais de quoi stresser. Je n'ai pas aimé cette période d'attente, de ne pas savoir quand ça va se passer, ça m'a beaucoup plus travaillé que la première fois. Sûrement parce qu'il y avait aussi Tristan à faire garder le moment venu.


Mais un second accouchement plus reposant


Au final, je dansais encore une semaine avant et j'ai accouché la veille de mon terme, comme quoi deuxième grossesse ne signifie pas automatiquement accouchement plus tôt. J'ai eu des contractions toute la journée de la veille mais je savais cette fois-ci que ce n'était pas les "vraies". C'est à 2h du matin qu'elles sont devenues plus douloureuses, le temps de prendre une douche et nous étions à la clinique pour en ressortir 5 jours plus tard. Tout s'est vite enchaîné, j'ai pu rapidement aller en salle d'accouchement, la poche des eaux s'est percée d'elle même (ce qui ne fait pas mal du tout contrairement à quand elle est percée par une sage femme #jemensouviensencore). Viens la pose de la péridurale et là bonheur: elle a fonctionné tout de suite miracle! Ok elle m'a filé la nausée alors j'ai dû rester sur le côté mais après on a simplement attendu que le job se fasse, on a pris des photos pour rigoler, bref le pied. Ah oui si on oublie aussi que la ventilation de ma salle ne marchait pas (comme par hasard) et qu'il devait faire au moins 30 degrés là-dedans! Mais pas grave, oui j'étais en susu mais je n'ai pas eu mal et là je remercie la médecine.

La délivrance en elle même a été assez irréaliste, parce qu'entre chaque contraction, j'avais une pause de 2/3 minutes alors que pour Tristan, elles s’enchaînaient et donc les poussées aussi. Là, je pouvais reprendre mon souffle tranquillement, la gynéco rigolait avec la sage femme (manquait que le café quoi). J'en avais même marre d'attendre, j'avais envie de voir ma fille moi! Maëlle n'avait pas la tête bien positionnée, j'ai failli avoir droit aux forceps et à la fin le cordon était enroulé autour de son cou. Mais la gynéco a été hyper pro, rapide, efficace et surtout hyper calme, elle m'a annoncé tiens elle a le cordon en collier ras du cou, l'a coupé et c'était fini, aucune panique. Ça m'a vraiment marqué. Et surtout juste après l'avoir coupé, elle m'a dit "allez y, prenez la". Et ça je ne m'y attendais pas du tout, j'ai sorti ma fille moi même et ce fut un moment unique. Un instant intense, où je n'entendais plus rien, un moment rien qu'entre elle moi, un premier contact immédiat. Mon homme n'a pas été oublié parce que pour compenser, il a pu couper deux morceaux de cordon et ouais ^^.

Bref à 10h30, ma puce est arrivée et rebelote un amour fou nous a envahi. Le coup de foudre, l'amour irraisonné. Pour la seconde fois mais toujours d'une force incroyable, je suis de nouveau devenue maman.

CONVERSATION

5 commentaires:

  1. Très touchante la fin de ton texte et encore félicitations. Ta puce est trop mimi (comme son frère, le petit garçon le plus sage que j'ai vu).
    Bises,
    Maeve

    RépondreSupprimer
  2. Mooo je trouve ton article hyper touchant! ♥

    RépondreSupprimer
  3. C'est toujours une belle aventure d'être de nouveau maman.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vraiment touchant cet article. On espère vivre ça aussi un beau jour, quand on sera prêt.

    Bises de loin,

    Anthony & Noémie

    RépondreSupprimer

Merci pour vos p'tits mots, j'y répondrai avec plaisir!
Pour être averti de la parution d'un nouveau commentaire sur cet article, cochez la case "M'informer".

Back
to top