Bébé: un an sans nuit complète, mon témoignage

Coucou tout le monde! Si vous n'avez pas encore d'enfants, fuyez cet article je risque de vous faire peur ah ah.

Qui a inventé les coliques? Viens là que je te chope...


Je ne vais pas vous raconter de blabla sur comment devenir mère est une chose merveilleuse parce que vous l'avez déjà lu ou entendu partout. Ce qu'on lit moins, c'est comment on en chie aussi parfois. Pour entrer dans le vif du sujet, dès son deuxième jour de vie, Maëlle a souffert de coliques. Tristan en avait eu aussi et je me rappelle de mon désarroi. Comment le soulager? Mais ce n'était rien comparé à sa sœur. Elle a passé les 3 premiers mois 1/2 de sa vie à hurler de douleur. Je me souviens des heures passées à lui masser le ventre dans le sens des aiguilles d'une montre. Je me souviens des sorties en voiture pendant nos vacances à Saint-Jean-de-Monts pour qu'elle arrive enfin à s'endormir. Je me souviens de tout ce que j'ai essayé pour l'aider: arrêter mon allaitement qui était une galère pas possible, essayer des laits anti-coliques à 10000$ la boîte, l'homéopathie, les farines, le cododo...jusqu'à ce que miracle, le médecin nous prescrive un médicament qui l'a immédiatement soulagé. Elle devait avoir 2 mois et enfin elle a passé une journée sans hurler pendant des heures. Ça n'a pas soigné le problème mais c'était tellement mois intenses que l'on a tous revécu. J'avais tellement hâte qu'elle ait 3 mois car c'est à cet âge qu'en général la digestion est mise en place. Pas de bol, à 3 mois, elle avait toujours mal. J'en ai passé des heures sur le net à lire des témoignages pour me rassurer, me sentir moins seule. Et deuxième miracle, à 3 mois et demi, elles sont enfin parties.



Dormir? C'est surfait!


Vous vous en doutez, Maëlle ne faisait pas ses nuits. Elle se réveillait plusieurs fois en pleurs parce qu'elle avait mal. Tristan ne dormait plus du coup, réveillé par la petite nouvelle bien bruyante pour lui. Je me levais donc plusieurs fois par nuit, j'étais crevée. Heureusement que mon mec a pu prendre son congé paternité tout de suite, la journée je pouvais me poser un peu. Mais ça ne dure pas longtemps et j'ai découvert le manque de sommeil et ses conséquences. Tristan avait fait ses nuits à 1 mois et demi, j'étais confiante. AH AH la nounouille, chaque enfant est différent et là je le confirme. Je compare mes nuits aux tortures subies par des prisonniers car oui la privation de sommeil (tu dors..hop je te réveille) fait partie des techniques pour faire craquer. Ah bah j'ai bien craqué, j'en pouvais plus, j'avais l'impression de me noyer. Je m'énervais vite, j'étais impatiente, stressée pour un rien. Je n'avais plus une seconde à moi, avec mon mec on ne se comprenait pas... Là j'ai compris pourquoi autant de couples explosent à l'arrivée d'un enfant. Nous avions enfin une routine établie avec Tristan et nous avons tout chamboulé avec l'arrivée de Maëlle. Je culpabilisais de ce que je faisais subir à mon fils. Je culpabilisais de ce que je ressentais envers ma fille. La nuit, au bout de x réveils, je la haïssais. Je regrettais de l'avoir eu. Et évidemment à la minute où je le pensais je culpabilisais. Moi qui suis de nature optimiste, j'étais à bout, heureusement que mes amies me comprenaient et me soutenaient (love).

Jordy avait raison, dur dur d'être un bébé


Mais j'avais espoir que les coliques maintenant terminées, enfin elle s'y mettrait à dormir 8h d'affilée. Nous avons 15 jours tranquilles et puis est arrivée...la constipation yeah! Je vous passe les détails mais bon chaque selle était douloureuse et évidemment elle était dérangée la nuit. Là j'avais hâte de passer à la diversification, je savais que je pourrais jouer sur les aliments (le pruneau son meilleur ami) pour aider son transit. Mais toujours pas de nuit complète, on était à 1 ou 2 réveils par nuit, plus gérable mais l'accumulation d'heures en moins se ressentait sur ma vie de couple.

Avec mon mec, nous avons chacun vidé notre sac, complètement. On a réalisé nos malentendus, incompréhensions etc. Ça nous a fait du bien, nous avons décidé de partir sur des bases saines et de faire des efforts. On se relaie, on se soutient et j'essaie de garder (un petit peu ^^) du temps pour moi. Nous avons aussi pris la décision de confier Maëlle a une nounou, jusqu'à présent c'était ma maman qui gérait les deux mais c'était dur pour elle. Je culpabilisais (oui encore lol) de lui donner autant de travail et je n'osais pas lui demander de les garder un peu le week-end quand on en avait besoin quand elle se les coltinait déjà la semaine. J'ai eu la chance de trouver la perle qui convient parfaitement au caractère bien trempé de ma puce, elles s'entendent à merveille. Mais toujours pas de nuit à l'horizon  grâce aux dents, rhumes et autres joyeusetés.



Bébé a un an, le bilan


Aujourd'hui Maëlle a 11 mois passé et elle a toujours une digestion difficile. Mais pour le médecin, tout va bien car elle grossit bien et elle n'est pas constipée. Certes mais souffrir quand on veut faire caca c'est pas top hein. On l'aide avec de l'Hépar mais ça ne traite pas le problème. Et ça ne lui fait pas faire ses nuits. Elle dort 6 heures de suite mais souvent entre 2h et 3h du matin, dans une phase légère de son sommeil, elle se réveille. Et a du mal à se rendormir seule. Jusqu'à ce qu'il y a 2 semaines, elle fasse 3 nuits complètes à la suite, j'étais trop contente! Mais vous connaissez la malédiction de "dès qu'on dit un truc tout haut, l'inverse se produit le lendemain"? Bingo le lendemain, nuit bien pourrie enfin semaine pourrie. Elle qui s'endormait sans souci à peine posée dans son lit, n'a plus du tout envie de rejoindre les bras de Morphée le soir. Cette semaine, on est à 4 nuits complètes, est-ce que ça va durer?... Je ne désespère pas, j'y crois encore (n'est-ce pas Lara Fabian) mais j'ai quand même pris rendez-vous avec une pédiatre (elle est suivie par mon généraliste), peut-être pourra t'elle l'aider et nous par la même occasion.

Heureusement il y a l'amour


Ce qui me console, c'est de lire beaucoup de témoignages de maman sur Insta qui vivent la même chose. J'avoue par contre jalouser un peu les filles qui ont des bébés dormeurs alors que pourtant avec Tristan je faisais partie de ce clan. Ma Maëlle, c'est une boule d'énergie, qui veut aller toujours plus vite, qui est coincée dans un corps qui ne va pas aussi vite qu'elle aimerait. Ma miss sourire, ma miss accro aux bras mais alors pas du tout à l'écharpe. Ma miss je ne veux déjà plus du biberon parce que c'est pour les bébés. Ma puce qui veut tout faire toute seule, qui pique les jouets de son frangin, qui adore être trimbalée partout mais qui a un rituel très précis pour le dodo. Ma princesse qui a pris comme doudou un foulard avec mon odeur, qui adore le roquefort, qui ronchonne dès qu'elle n'arrive pas à faire quelque chose. Une princesse  qui a une soif d'indépendance intarissable mais qui chouine dès qu'on quitte la pièce. Une poupée qui sait ce qu'elle veut et qui a besoin d'amour.

Ma vie est chargée, parfois compliquée, parfois stressante mais punaise qu'est-ce je les aime mes 2 bébés. Oui être parents c'est dur, on ne le dit pas assez, on préfère le cacher. Mais c'est aussi tellement d'amour, l'inconditionnel. Maintenant si le marchand de sable pouvait passer tous les soirs, nous ne dirions pas non ;).

Mamans, papas, n'hésitez pas à partager votre témoignage ou vos conseils ici, vous n'êtes pas seuls dans cette galère.

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Rien à voir avec les coliques, mais mon fils a commencé les nuits complètes à 29 mois... Depuis janvier je revis, on ne peut pas se rendre compte de l'effet des nuits coupées sur le long terme si on l'a pas vécu... Courage !!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je me retrouve dans la description de ta puce. Mon fils a fait 3 mois de coliques (d'ailleurs c'est quoi ton médicament miracle?) et a été constipé depuis sa naissance. Sa pédiatre l'a mis sous Forlax depuis ses 2 mois jusqu'à ses 2 ans et 1/2... Pas d'Hépar car d'après elle ça abime les reins. Alors c'est pruneaux, épinards, haricots etc.
    Il n'a fait des nuits correctes qu'à 18 mois. Aujourd'hui il a 3 ans et régulièrement il se réveille la nuit (pour faire pipi, pour boire, et surtout pour être rassuré, parce qu'il est malade).
    En fait, j'en viens à penser qu'il y a des dormeurs et d'autres qui sont plus "agités". Malheureusement mon fils est de la deuxième catégorie alors que moi je suis de la première!
    Du coup, j'ai fait une croix sur les nuits sereines. Le matin quand on se réveille on est bien content quand il n'y a pas eu de réveil nocturne et puis c'est tout ;)
    Bon courage, le principal c'est que si c'était à recommencer, on ne changerait rien du tout :)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos p'tits mots, j'y répondrai avec plaisir!
Pour être averti de la parution d'un nouveau commentaire sur cet article, cochez la case "M'informer".

Back
to top